Le Samyang 8mm (Fish Eye), l’avis de Cyril Charpin

Guest post de Cyril Charpin, Photographe de sport et nature, sur Cannes et PACA. Vous pouvez le retrouver sur www.c-enligne.com et sur Facebook
 
Voilà mon petit test/retour d’expérience sur un objectif que j’affectionne tout particulièrement, le Samyang 8mm – donc Fish Eye, que j’utilise en monture Nikon

A propos de Samyang

Samyang est une marque Coréenne qui commence à faire son trou dans le monde de la photo avec ses focales fixes de bonne facture et au prix « doux » ! (ce 8mm sort à environ 320€ sur le net)
Samyang dispose également d’une gamme lumineuse qui semble très intéressante: un 24mm et un 85mm ouverts à f/1.4 et, depuis peu, une gamme spécifique pour filmer ainsi qu’un objectif à décentrement.
Les produits sont très bons et ont, surtout, un excellent rapport qualité/prix.

De plus, les objectifs sont robustes (le corps de l’objectif est en métal !) ce qui les rends, certes, lourds, mais solides ! Pour plus d’infos, rendez vous sur http://www.samyang.fr/

L’objectif

L’objectif que j’utilse est le Samyang 8 mm f/3.5 Aspherical IF MC Fish-eye, voilà ses caractéristiques rapides :
  • Monture Canon ou Nikon, Pentax (7.5mm par contre)
  • Capteur “DX” uniquement
  • Construction de l’objectif : 10 lentilles / 7 groupes
  • Diaphragme : 6 lamelles
  • Angle de vue : 180 degrés (APS-C)
  • Ouverture Mini : F3.5 ~ 22
  • Distance de mise au point minimale : 0.3m(1.0ft)
  • Diamètre x Longueur : 75.0mm x 74.8mm
  • Poids: 417 gr (merci le fut en métal)

Cette version du 8mm est la 2eme du nom il me semble, elle permet de transmettre les exifs au boitier (ce qui n’était pas le cas sur la 1ere, et encore sur certaines montures)

Cet objectif est 100% manuel, on revient donc aux sources… mais étant donnée la focale, la mise au point est assez “simple ” (j’expliquerai ça plus loin)
Il faudra également, selon le boitier, régler l’exposition à tâtons car il n’y a pas de puce de mesure (c’est le cas pour le Nikon d80 par exemple, et de façon plus générale, les boitiers « amateur »), donc mode M obligatoire. Cependant, aucun souci de mesure de lumière sur les boitiers « pro » type d300/700/3. (le d7000 passe également le test). Il faudra juste penser à le « déclarer » au boitier.

Utilisation générale

Un fish eye, c’est marrant, on aime ou on déteste (j’ai tout de même réussi à faire changer d’avis un ami journaliste sur “ce” fish eye particulier car, si on cale l’horizon bien au centre de l’image, il n’y a que très peu de distorsion, mais les cotés gardent bien leur cintrage), mais attention à ne pas en abuser sous peine de lasser un peu…
Petite illustration : Mode fish eye ou horizon au centre
Le Samyang 8mm s’avère très pratique en usage “famille” pour faire quelques photos en intérieur lors de repas, par exemple là où le recul est faible, mais également pour faire du paysage (usage généraliste des ultra grand angle) et, dans mon cas, pour du sport (VTT, où j’aime être TRES proche de l’action avec celui là!)
Pour un usage paysage, le problème sera l’impossibilité de monter un filtre (polarisant, neutre, etc) car la lentille frontale est tres bombée. (il me semble avoir vu des bricolages sur le pare-soleil… mais bon, je ne m’y risquerai pas)
La bague, mise au point est onctueuse et souple, très agréable à utiliser. Aucun point dur depuis maintenant presque 2 ans (malgré des usages pas toujours tres clean: poussière, boue, etc.)
Celle de l’ouverture (à l’ancienne également) est franche et précise (la nouvelle version permet de régler l’ouverture directement avec les molettes du boitier, en calant l’ouverture de l’objectif sur f22)
La monture ne semble pas parfaitement ajustée et « force » très légèrement au montage, mais celui-ci est franc une fois monté. Pas de souci toutefois sur celui de mon ami (la dernière version, de 2012)

Sur le terrain

Il ne faut pas avoir peur de “visser” (fermer le diaphragme) un peu pour tirer tout le potentiel de cet objectif.
Il commence à f3.5 et je suis régulièrement à f8 / f11 histoire d’avoir une bonne profondeur de champ et une netteté optimale. Cependant, ouvrir à fond ne semble pas lui faire peur pour autant (sur « petit » tirage en tout cas. A voir sur du grand…)
Je n’ouvre que très rarement au dessus de 5.6, mais quand la lumière manque ou pour un gros contre jour au flash je le fais, au détriment d’un peu de piqué.
Attention cependant aux aberrations chromatiques en cas de fort contraste aux grandes ouvertures.
Pour du paysage, il faut faire attention à votre composition, 180° d’angle de vue, c’est très large! (un bon viseur est bien utile, voire même le Liveview de temps en temps)
Si l’envie vous prend de faire des photos de groupe très rapprochées, attention, ne pas oublier la déformation importante 😉
Mais elle peut s’avérer utile dans ce cas là :

Focus sur la mise au point

Pour rappel, cet objectif est 100% manuel (d’où son prix imbattable), donc exit l’autofocus !
La MAP (Mise au Point) manuelle peut faire peur au début, mais il faut prendre une chose en considération : l’hyperfocale ! (définition Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperfocale )
En gros: L’hyperfocale ou distance hyperfocale, est la distance minimum pour laquelle les sujets seront perçus comme nets quand on règle la bague de mise au point sur l’infini. Il s’agit de la netteté de mise au point en excluant tout problème de mouvement.
En pratique maintenant, pour ma part, je cale l’ouverture sur f8 ou f11 (selon la lumière), la bague de MAP un tout petit peu avant 0.5m et pratiquement tout est net sur la photo (dans mon usage disons … rapproché, sinon, je règle un peu plus loin si je n’ai pas besoin du 1er plan  ! (certains utilisateurs ont carrément scotché cette bague pour ne plus la faire bouger et ne pas prendre de risque). Une fois ce réglage effectué, la MAP manuelle n’est plus un problème 😉
Remarque : Attention, il arrive que certains objectifs soient légèrement décalés (pas de problème si vous utilisez l’hyperfocale, mais si on règle de façon précise la MAP sur une distance, il se peut qu’elle soit erronée…)
Il existe également des appli pour smartphone permettant le calcul de la profondeur de champs : Android et iPhone

Pour conclure…

A mois de 350€ neuf (sur le net), cet achat en vaut vraiment la peine, pour qui veut “tester” le fish eye sans se ruiner (“l’équivalent” Nikon vaut pas loin des 800€! )
Il n’y a quasiment aucune sortie photo sans qu’il ne soit dans le sac !
Un achat vivement conseillé qui, au pire, se revendra vite car il y a de la demande.
Avantages
  • poids contenu
  • construction métal
  • bonne finition
  • tres bon piqué
  • ouverture
  • petit prix
Inconvénients
  • MAP Manuelle (mais pas vraiment un souci à cette focale)
  • Un peu sensible au flare (certains aiment)
  • pas de possibilité de mettre de filtre
  • aberrations chromatiques sur les forts contrastes
  • Lentille « exposée » (rayures, poussières, etc)
Histoire de donner une idée du champ de vision, boitier collé à moi :
Et une petite dernière photo 🙂
[NDLR : vous pouvez bien entendu trouver ce produit chez les partenaires du bloc, tous les liens ici]

Titre reviewed Article de Frédéric Bernard-Payen le . En guest post, l’avis de l’objectif fish eye Samyang 8mm, basé sur ses tests terrain. Un objectif à regarder de près! Note: 4.5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.