Un système de sauvegarde de photos pour 1000€ – Partie 1 : le matériel

640px-Explosions_at_Miramar_Airshow by Jon SullivanVous le savez certainement si vous me lisez depuis quelque temps, j’ai tendance à souligner l’importance de la sauvegarde des photos – qui est pour moi un sujet toujours mal pris en compte par l’industrie photographique numérique. Finalement  avec le papier c’était plus simple … et peut-être moins cher. J’essaie d’ailleurs d’écrire un eBook sur le sujet avec quelques cas que j’ai déjà rencontré ou que des connaissances ont rencontrés.

Les deux parties vont être :
  • Le choix de matériel pour mettre en œuvre un cas concret de sauvegarde 3 points
  • Le tutoriel de mise en œuvre de la solution avec ce matériel
  • Mon retour d’expérience après 6 mois d’utilisation (il s’agit d’une solution que j’ai donc éprouvée…)
Mon mini cahier des charges est le suivant :
  • Monter une solution évolutive : l’idée est de ne pas devoir tout remplacer dans 2 ans, de pouvoir augmenter la capacité de l’ensemble.
  • Privilégier une solution automatisée : c’est toujours quand on a oublié de faire la sauvegarde qu’on a un souci
  • Disposer de 2 To de données sécurisées : la cible de ce tutoriel sont les photographes indépendants et les amateurs avertis dont le fond photographique grandit assez vite
  • Rester raisonnable sur le prix sans pour autant faire du cheap : les photos sont un capital financier pour un photographe et ont une valeur sentimentale difficilement estimable pour un photographe. J’ai fait un calcul il y a peu du prix de revient d’une photo en regard des centaines voire milliers d’euros de matériel que l’on possède. Ma cible, aux alentours de 1000€

Pour monter ma solution j’ai fait des choix que je vais rapidement expliquer dans cet article, mais le tutoriel sera le cœur du sujet. L’idée était de monter une solution qui fonctionne et que je mettrai en oeuvre pour mon utilisation personnelle, j’ai forcement fait des choix – que j’estime les bons – qui me permettent de couvrir mon cahier des charges. Un peu plus d’ailleurs, car la solution est utilisable avec Time machine pour les utilisateurs Mac (mais étant utilisateur d’un PC je n’explorerai pas cette piste ici) 

Qui dit stockage « vivant » dit disques durs, il n’est pas question de mettre en œuvre une solution qui n’offrirait pas les temps de réponse nécessaire au traitement des photos. Pour les disques durs, je reste fidèle à Seagate. Quand je dis ça j’entends « oui, mais moi j’ai eu des problèmes avec Seagate » : La panne est un aléa qu’il faut gérer, le zéro panne n’existe pas.

Je partage simplement mon retour d’expérience, bidouillant des PC depuis l’âge de 9 ans ce qui m’a permis d’avoir une capacité extraordinaire de 20Mo pour mon premier disque dur (oui oui, Mo pas Go ni To). Vous imaginez donc que j’en ai vu passer un paquet. La marque que j’ai le moins renvoyé en SAV c’est Seagate (soulignez que je ne dis pas que ça n’est jamais arrivé), j’ai fait quelques écarts récemment dans des machines assemblées (typiquement une PS3 et un disque externe) et je l’ai regretté.

J’ai mis ces disques dans des NAS. Pour les NAS, mon choix s’est porté sur des modèles de la société QNAP. Avant de vous dire lesquels, je vais vous expliquer ce choix. Les NAS sont des mini systèmes, souvent équipé d’une version de Linux et d’une surcouche développée par le constructeur. Pour QNAP, ça s’appelle le micro-logiciel Turbo NAS. Il s’avère que QNAP a intégré une technologie propriétaire : le RTRR pour Real-time Remote Replication, en français “duplication à distance en temps réel”. A ce jour, je n’ai pas trouvé de solution équivalente chez la concurrence.

Si on ajoute à ça que QNAP est un acteur reconnu du marché qui a une gamme pour tous les profils, du particulier à la grande entreprise, pas la peine de chercher plus loin. Mon seul regret actuel chez QNAP est l’interface un peu austère, mais les fonctionnalités sont là. On est en version 3.X, la version 4 devrait apporter un lot de nouveautés sur l’ergonomie, disons que j’ai privilégié les fonctionnalités en m’assurant que le constructeur continuait à faire évoluer ses NAS. Si vous voulez voir à quoi ça ressemble, il y a une version de demo en ligne. Les identifiants à utiliser sont qnap/qnap.

Coté gamme, j’ai cherché du coté « Particulier » et « petites entreprises », Home and SOHO comme ils le disent dans leur jargon commercial. Dans cette gamme, j’ai pris les NAS du haut du panier. J’ai ainsi cherché le compromis entre prix et évolutivité future.

Il faut en effet regarder à ce niveau pour avoir des fonctionnalités indispensables pour revenir rapidement dans une situation stable (c’est la reconstruction automatique : si un disque sur deux tombe en panne, on le remplace et le NAS se charge de reconstruire les données) et pour faire évoluer le système de protection (c’est la migration de type de sécurisation RAID : par exemple pour passer du RAID 1 quand on a 2 disques au RAID 5 quand on en aura 3 sans avoir à passer par un reformatage complet). J’en termine avec une fonctionnalité commune à tous les NAS QNAP, les disques sont formatés en EXT4 (les utilisateurs Windows doivent connaitre le système de fichier FAT ou NTFS et les utilisateurs mac plus du HFS). L’EXT4 est un équivalent pour Linux – lisible sous Windows ou Mac avec un peu de bidouille si l’alimentation du NAS lâchait (parano moi ?).

J’ai donc fait ma liste de courses (Je l’avoue, on dépasse légèrement les 1000€, je vous laisse optimiser tout ça en cherchant les meilleurs revendeurs ou des promos du moment.

  • 1 QNAP TS-219P II (2 baies)
  • 1 QNAP TS-419P II (4 baies)

 

  • 3 disques sur Seagate Barracuda 7200.14 6Gb/s 2 To

Vous vous rendez immédiatement compte que, dans mon installation, je ne vais donc utiliser que la moitié des baies. Si demain j’ai besoin d’espace, je n’aurai qu’à ajouter des disques durs. Vu que le prix baisse en permanence, je mettrai peut être des 4To ou plus… mais pour le moment un espace de 2To sécurisés me suffit.

Je ne vais pas entrer dans le détail de l’installation des NAS, QNAP propose des tutoriels en Français http://s.reflex-photo.eu/TutoQNAP . Je vous invite à y jeter un coup d’œil, ça peut d’ailleurs vous donner une idée de l’étendue des fonctionnalités de ces petits serveurs. Le photographe pro y trouvera par exemple les moyens de livrer ses photos à un client sans passer par un service tiers et l’amateur le moyen de se monter sa propre galerie photo, avec des accès public ou privatifs pour la famille ou des clients (Photo Station)…

Je vous donne la configuration générale mise en oeuvre : j’ai mis un disque dans le QNAP TS-219P II et deux disques configurés en RAID 1 dans le QNAP TS-419P II. J’ai paramétré sur les deux NAS un répertoire partagé sur j’ai simplement appelé « Mes Photos ». Je n’ai pas fait le choix d’utiliser directement un répertoire utilisable avec photostation (ça crée des miniatures automatiquement, ça prend du temps).

La présentation matérielle étant faites je vais pouvoir me lancer dans la seconde partie : le tutoriel. Mon idée est de synchroniser ces deux NAS automatiquement et en temps réel, dans l’optique d’en laisser un chez moi (le QNAP TS-419P II) et un chez mes parents (donc, le QNAP TS-219P II). 

J’aurai in fine chez moi une réplication permanente : si j’ai un disque qui casse, j’ai quand même accès aux photos. Je compléterai cette réplication par une réplication chez mes parents, en temps réel “mou”. Je dis temps réel “mou” car, même si j’automatise tout et que dès qu’un fichier est modifié il est répliqué, je suis toujours soumis aux lenteurs d’internet…

4 réponses

  1. On est loin de quelque chose de sérieusement envisageable par le grand public je trouve, mais le titre est très approprié, et le billet tout de même intéressant.

    Par contre, ce que tu ne mentionnes pas par rapport au RAID 5, c'est que la durée de reconstruction va dépendre du taux de remplissage des disques … Pour le coup, là où tu voulais un système qui te permette un accès rapide à tes photos, tu vas devoir attendre une à 2 semaines pour pouvoir ré-accéder à tes photos si tes disques sont bien chargés. C'est pas vraiment ce qu'on peut qualifier de système rapide. Si la seconde sauvegarde chez les parents est temporairement inaccessible, alors c'est juste catastrophique.

    Je ne suis pas adepte des guides qui ne présentent pas objectivement des solutions (bien que j'ai bien saisi qu'il s'agissait ici plus d'un témoignage que d'un guide).

    Je reste très intéressé par les parties 2 et 3, que je lirai avec attention 🙂
    Bonne continuation !

  2. À suivre donc 😉 la je suis en raid 1 par contre, pas de reconstruction nécessaire en cas de crash 🙂

    Le 30 nov. 2012 à 19:12, "Disqus" a écrit :

  3. Salut 🙂

    je te réponds plus longuement maintenant que j'ai un clavier 🙂 Bon, je ne vais pas être exhaustif non plus, on est samedi 😉 J'espère que le grand public va prendre conscience que c'est réellement un budget à allouer à la sauvegarde de ses photos, surtout quand on compare ces 1000€ avec les centaines d'euros qu'il met dans une tablette ou un smartphone… Après, ça peut être un peu complexe à monter, j'en suis conscient … peut être un nouveau service à la personne à proposer ?

    Je n'ai pas tenté une explication complète des systèmes RAID (et c'est très léger dans l'eBook). Actuellement je suis en RAID1, pas de soucis de reconstruction donc : on peut toujours refaire une sauvegarde avant de remplacer le disque problématique.

    Pour le passage au RAID5, cela reste une des possibilités lors de rajout de disque, avec des inconvénients et des avantages … à lire dans l'ebook 😉 Pour le moment je n'utilise pas cette structure. En complément, ça peut t’intéresser, QNAP a un contrôleur un peu particulier qui améliore le fonctionnement en cas de problème : en cas de perte d'un disque, on peut AVANT de remplacer le disque, accéder aux données en lecture seule, reconstruite à priori à la volée : en cas de problème on peut donc réaliser une copie pour travailler avant de lancer la longue – j'en conviens – reconstruction

    On va en reparler 😉
    ++

  4. J'avoue que je suis plus ce qui se passe du coté de Synology que de QNap 🙂 Merci pour la précision.

    Et en tant qu'acharné en geekerie, mon serveur de backup est un HP Proliant Microserver avec un linux dessus. Niveau tarif, j'ai battu tous les NAS du commerce avec cette solution mais je suis plus loin que tout du grand public.

    Niveau service à la personne, ça existe mais pour beaucoup de monde, "en ligne" est synonyme de "gratuit", encore aujourd'hui. Beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi payer pour du stockage en ligne.
    Ou bien tu parles du fait de mettre le système en service chez les gens ? (une idée pour les assembleurs dans ce cas… ceux qui existent encore).

    J'ai fait un tuto d'introduction à la sauvegarde pour les membres de mon photoclub. J'ai aussi été très léger sur le RAID. Les gens veulent du fonctionnel, pas de la technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.