Régler l’autofocus de votre appareil photo avec la mire et le logiciel de Michael Tapes Design

Lens AlignQuand je suis passé au full frame, j’ai fait des photos floues… vous savez comme moi que plus le capteur est grand moins la profondeur de champs à distance, focale et ouverture égale, est grande. Du coup avec mes optiques 2.8 voire 1.8 j’ai commencé à me demander si je n’avais pas de problème de front/back focus, surtout sur les anciennes.

J’avais déjà testé des mires de réglages de l’autofocus où il faut juger visuellement de la mise au point (ce qui est encore plus difficile quand on sait que la zone nette devant et derrière la zone de mise au point n’a pas la même taille), j’ai trouvé des moyens de contrôle et de réglage en me basant sur les 2 systèmes de mesures, celui qui est utilisé en viseur optique et en liveview (ce qui marche particulièrement bien pour les appareils Nikon grâce à l’indicateur front/back focus du mode manuel) … et puis je suis tombé sur la solution de Michael Tapes. Cette solution comporte une mire (voire plusieurs) et un logiciel qui va analyser les photos de tests. En utilisant son système, on comprend d’ailleurs beaucoup d’erreurs que l’on peut faire avec d’autres mires. Du coup, cet article peut vous intéresser même si vous avez déjà investi dans une mire de calibration 😉

Quand j’ai reçu la mire dans une enveloppe quasi plate, j’ai été un peu surpris : je m’attendais à recevoir une mire montée … indémontable. La qualité de fabrication étant bien là, c’est finalement une bonne nouvelle : elle sera d’autant plus facile à ranger. Si on ajoute à ça que cela permet également d’avoir des parties réversibles (on a 2 types de règles) ou que l’on peut rajouter (2 types de mires), cela donne finalement les moyens de faire plusieurs mesures pour un contrôle avec ou sans le logiciel.

Si vous avez déjà réalisé ce type d’exercice, le premier problème auquel vous avez dû être confronté et le bon alignement entre la mire et l’appareil : il faut mettre le plan du capteur et celui de la mire de façon parallèle. La mire de Michael Tape a trouvé (et déposé) un système de trous qui permettent de contrôler cet alignement. C’est aussi simple que génial … et ce n’est pas simpliste puisqu’il y a en fait 3 jeux de trous à aligner, pour régler une optique macro, une optique non macro avec la mire plus le logiciel ou avec la règle, sans le logiciel.Le tout sur un trépied, avec un éclairage constant et des réglages constants d’une mesure à l’autre, pas la peine de vous en convaincre 😉

J’ai ensuite installé le logiciel FocusTune et lu le mode d’emploi (si si, ça m’arrive). En fait, il y a plusieurs type de mesures réalisables mais le mode qui nous intéresse, pour le réglage de l’autofocus, suggère de faire 4 photos par réglages. Pour faire court, si on ne sait pas du tout si on est plutôt front ou back focus, on va faire 4 photos à -20, 4 à -15, -10, -5, 0, 5 .. 20. On en déduira la zone à raffiner, par exemple « autour de 5 » et on refera une série de 4 photos à chaque réglages cette fois par incrément de 1. Mais pourquoi donc faire 4 photos ? On nous suggère d’en faire au moins 4 pour avoir une mesure moyenne à chaque fois…. Eh oui, votre AF ne tombe pas forcement exactement au même endroit à chaque fois, c’est frappant sur de vieilles optiques sans moteur intégré. Vous ne faisiez qu’une photo pour vos réglages ? Vous pouvez vous y remettre !

Avec tant de photo, vous vous dites peut être que ça va être l’enfer de savoir à quel réglage était le réglage fin d’autofocus pour chaque photo… en fait, cette information est dans les EXIF ! Du coup, on charge de batchs de photos dans le logiciel et elles vont être analysées…

Le logiciel sort alors une petite courbe, un pourcentage de précision (en gros à combien de % il pense avoir trouvé le bon point 0) et … le réglage à appliquer. Le tout dans un petit rapport PDF. C’est pas magique ça?

Bon, comment ça marche ? En fait, en plus du rapport, le logiciel ajoute dans le même répertoire un fichier CSV que l’on peut ouvrir avec Excel (les mesures) et des photos « traitées ». En fait, le logiciel passe des filtres numériques sur la photo et identifie les zones qui ont le plus de piqué/netteté. C’est une analyse de ces photos filtrée qui donne le résultat.

Bon, pour tout vous dire, je suis en ligne avec l’approche, pas avec l’analyse finale. Je ne vois pas pourquoi il faudrait faire la moyenne des mesures et chercher le point qui « tombe » le plus proche du zéro. Je préfère faire exactement 4 mesures par réglages (du moins toujours le même nombre), laisser le logiciel sortir ses chiffres … et faire une analyse moi-même. Soit en utilisant une règle qui passe au milieu de la distribution des points soit … avec une régression linéaire sous excel (je vous laisse vous documenter…). Petite astuce, c’est un américain qui a fait le logiciel, pensez à remplacer les . par des , quand vous avez mis en forme, convertis, le fichier CSV. Voilà ce que cela donne :

Je tombe presque sur les mêmes résultats que le logiciel, mais je préfère mon approche quand la distribution des points n’est pas linéaire (un coup en dessus, un coup en dessous du zero au lieu d’augmenter régulièrement)

En guise de conclusion, c’est pour moi la meilleure solution grand public du marché que j’ai pu rencontrer à ce jour. Il est possible d’acheter les mires à part … ou le logiciel à part (il marche aussi avec des mires « autres » que les siennes, mais cela parait moins optimisé). Tout cela a bien sût un prix, qui doit être considéré en regard de l’efficacité du système.

Je vous laisse découvrir sur le site de Michael Tapes toutes les combinaisons… pour ma solution, il faut compter 125 US$… je n’ai pas encore trouve d’importateur français.

C’est par là : http://michaeltapesdesign.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.