Booster son ordinateur de retouche photo avec un SSD

Vous le savez si vous me lisez depuis quelques temps, j’ai fait le choix comme ordinateur portable pour la retouche photo d’un Dell M4500, avec un gros processeur (un Intel i7 8 coeurs) et de la ram pour travailler confortablement (8Go). J’ai vu lors du salon de la photo des démonstrations de pc portable dans lesquels on avait remplacé le disque dur classique par un SSD. Franchement au premier abord, je me suis dit qu’avec la veille prolongée de Windows 7 ça n’allait pas changer ma vie. Je me suis donc concentré sur le seul point qui m’intéresse vraiment et qui, je pense, intéresse vraiment les photographes : est-ce que je vais gagner du temps lors du traitement des photos, temps que je pourrais utiliser … pour prendre des photos. Je me suis donc lancé dans le remplacement de mon disque par un SSD, un 240Go de la marque PNY, modèle XLR8 Pro. Pourquoi ce choix ? Quels résultats ?

Mon ressenti

Pour les résultats en utilisation de ce PNY XLR8 Pro, je ne vais pas vous faire attendre plus : cela faisait longtemps que je n’avais pas pris une claque liée à une évolution technologique. Pour les anciens comme moi, j’ai eu la même impression que j’ai  eue quand je suis passé d’une carte vidéo EGA (16 couleurs sur une palette de 32) au TrueColor 24 bits qui en offrait plusieurs millions. Pour les plus jeunes, c’est la claque du passage du Nokia 3310 … au smartphone. Toujours pas compris ? Passer d’une Renault R5 à une Golf GTI pour un mec … une mini pour madame ? ça y est, on va m’étiqueter machiste… Bon, une sacrée claque donc.
Du plus factuel peut être? Bon, c’est vrai, un boot plus rapide ce n’est pas désagréable… mais le vrai plus c’est Photoshop CS6 qui démarre – initialisation de ses plugins comprise – entre 4 et 7 secondes. C’est intéressant surtout quand on passe souvent d’une application à l’autre dans son workflow de traitement (dans mon cas, du Lightroom 4 vers Photoshop).Ce gain au lancement est  aussi valable pour les autres produits de la master collection, Illustrator démarre dans les mêmes temps. Le démarrage est critique pour moi : je switche souvent d’une application à l’autre et jusqu’alors je ne les fermais pas. Du coup, je remplissais mes 8Go de RAM rapidement et les temps de traitement des photos augmentaient. Cela devenait un supplice (moi, marseillais ? ;)) quand ça commençait à utiliser le disque dur comme mémoire temporaire. En plus du temps de lancement réduit et de la place gagnée en RAM par une pratique différente, les performances sont également améliorées en utilisation. Adobe préconise d’ailleurs de mettre le catalogue Lightroom sur un SSD pour améliorer la performance  (même si ça m’ennuie un peu, comme nous le verrons plus loin). Pour Photoshop CS6, quand on lance un monstre de fonctionnalités, on s’en doute,  il ne charge pas tout le logiciel en mémoire mais seulement quand on en a besoin. Les temps de chargement étant tous améliorés, on gagne en fluidité.
Pour synthétiser, grâce à l’installation de ce PNY XLR8 Pro, les temps de traitement sont à priori réduits maintenant grâce à 3 facteurs :
  • J’ai moins d’applications en RAM en même temps, c’est lié à un changement de comportement
  • Lors de chargement de modules, je n’ai plus de temps d’attente
  • Quand je traite de grosses images, je ne sens plus du tout l’utilisation du disque dur en mémoire tampon, même si j’ai Lightroom, Photoshop et Illustrator en mémoire en même temps

Pourquoi PNY ? Pourquoi le PNY XLR8 Pro ?

Quand on compare les SSD entre eux en vitesse pure, on nous annonce des différences énormes… mais par rapport à un disque dur classique tous les SSD sont des foudres de guerres : on est en gros 4 à 5 fois plus rapide ! Est-ce que la vitesse doit être le seul critère de sélection ?
C’est ma journée des images aujourd’hui : revenons à notre Renault R5, on vous propose un échange pour rouler (pas pour la revendre hein !), que cela soit en ville ou même sur l’autoroute, au choix une Ferrari et une Porsche: vous prenez laquelle ? Pour ma part je prendrais la Porsche, je préfère sa fiabilité à la différence de performance que je n’utiliserai que peu …  Dans les deux cas, la comparaison avec ma R5 sera monstrueuse. La performance en vitesse pure ne me parait pas une mesure suffisante pour un SSD.
J’aimerai voir plus souvent dans les comparatifs des critères de fiabilité ou de durée de vie. Pour commencer les mesures théoriques comme le MTBF (j’en avais parlé là) ou, dans le cas des SSD, vue la technologie, le Program/Erase ou P/E cycles. En raccourci, c’est  le nombre de fois qu’il est possible de réécrire un bloc de données. A priori les constructeurs annoncent entre 500 et 10000 P/R cycles, moins de 5000 pour le grand public et plus pour les serveurs. Une info sur la garantie serait aussi la bienvenue
En ce qui concerne le PNY XLR8 Pro  nous avons :
  • Un MTBF de 1 200 000 d’heures : pour comparer, les disques classiques pour le grand public sont autour de 750 000 heures  et les classes « entreprise » autour de ces 1 200 000 d’heures.
  • Un P/E cycle de 3000 : PNY  associe ça à plus de 10 ans avec l’utilisation suivante : de la navigation internet, de la lecture de données (musique, vidéo…), l’installation de logiciel et leur utilisation : soit un fonctionnement en lecture prépondérante (ce qui ne serait pas adapté à un serveur qui fait beaucoup de lecture/écriture) .  On verra sur la durée combien de temps il tient en utilisation « photographe » avec, en particulier, Photoshop qui a tendance à utiliser le disque quand il n’a pas assez de RAM à disposition ou Lightroom qui utilise pour stocker son catalogue un moteur de base de données dont j’ignore complètement le rapport lecture/écriture en utilisation normale.
  • Coté garantie, on part sur du 3 ans … qui est étendue de 2 ans après enregistrement sur le site de PNY , soit 5 ans au total.
Un autre critère est pour moi l’image du constructeur. Vous voyez la différence entre Canon/ Nikon/Olympus/Fujifilm… et Samsung/Casio/Panasonic/LG…, sur leur origine même ? Les premiers sont des industriels de la photographie qui s’appuie sur l’électronique pour faire de la photo numérique, les seconds sont des électroniciens qui se sont mis à la photographie. Un SSD est un produit dont le composant essentiel est de la mémoire : pourquoi ne pas se tourner vers ceux qui fabriquent de la mémoire depuis des années ?

Quelle utilisation du SSD ?

Comme je viens de l’écrire, P/E Cycles oblige, on ne fait pas n’importe quoi avec un SSD grand public : ils sont destinés à un fonctionnement à écriture prépondérante. Sur un portable, où la plupart du temps on ne dispose que d’un emplacement de disque, toutes les données  vont être stockées sur le SSD : on ne peut pas imaginer mettre sur un second disque les données qui sont trop souvent modifiées pour lesquelles un compromis performance/durée de vie serait à trouver. 

Dommage. Si vous avez un ordi “fixe”, pensez-y! J’y aurais bien mis par exemple mon cache de navigateur internet, mon répertoire de téléchargement, mon fichier de mails, mes documents bureautiques ou encore, après test d’impact sur la performance, le catalogue Lightroom.

J’essaierai quand c’est possible d’utiliser un répertoire réseau pour le contenu qui change beaucoup et pour lesquels la performance n’est pas critique. Notez pour finir qu’un disque SSD ne se défragmente pas : ça nuirait à sa durée de vie (cf P/E Cycles) et le contrôleur répartit déjà les données de façon optimale.

Comment passer au SSD ?

Je profite de ce billet pour vous donner quelques points d’attentions lors du passage d’un disque dur classique à un SSD.  J’ai lu un reproche sur le SSD PNY XLR8 Pro : le fait qu’il ne soit pas livré avec un logiciel de « migration ». Comme je l’ai écris plus haut, un SSD a une technologie d’une durée de vie de lecture/écriture limité. Je pense donc qu’il faut éviter d’installer des choses pour rien : l’installation d’un SSD est une très bonne occasion pour refaire un système propre… Pour le photographe qui utilise des produits de la suite Adobe, cela demande un peu de réflexion avant de se lancer. Photoshop n’est qu’un exemple, mais pas mal de produits ont maintenant un système d’activation en ligne dont le nombre est limité. Je vous invite donc à faire l’inventaire de vos logiciels, éliminer ceux dont vous ne vous servez plus, identifiez ceux qui ont une activation en ligne et désactivez-les. Pour les produits Adobe, c’est dans le dernier menu, il y a une option pour les désactiver. Pour les OnOne, il y a un petit outil de gestion des licences qui permet de la restituer aux serveurs OnOne etc.
Je ferai très certainement un article feedback l’an prochain et, ainsi, donner mon avis après plusieurs mois d’utilisation. Pour le moment, je ne regrette en rien cette migration, même si elle m’a pris plusieurs loooongues heures !
Et si vous franchissez le pas comme moi, vous trouverez le disque SSD PNY XLR8 Pro chez les partenaires du blog. Pour ma part, un 240Go me parait un bon compromis…


PNY XLR8 Pro – 240Go Article de Frédéric Bernard-Payen le . Mettre un SSD dans un ordi pour la retouche photo va changer votre vie, encore faut-il bien le choisir et bien migrer vos données de l’ancien disque Note: 5

5 réponses

  1. Cyril Charpin dit :

    Je me pose encore la question de passer au SSD…
    au bureau (celui de mon patron), sur lequel je passe le plus de temps ca me serait utile (j'ai deja rajouté 8Go de RAM, un DD pour le cache Capture NX, une carte USB3 etc…) mais bon…
    et a la maison, sur l'iMac, c'est la plaie a changer, surtout en dual boot.

    Tu as pu faire des comparaisons de vitesse de demarrage DD/SSD?

  2. Cyril Charpin dit :

    ok 😉
    Vista ou 7?

  3. Comme je le dis, je ne me suis pas attardé la dessus, ce n'est pas là que j'ai le plus de gain "utile" (on ne reboote pas 50 fois par jour ;))
    À vue de nez, je dirai 2 à 3 fois plus rapide pour un boit. Avec la veille prolongée … J'ai l'impression de sortir d'une veille "normale"!

  4. Seven : En cas de soucis de perf, si on est sous vista, on peut déjà passer sur seven 😉

  5. "Sur un portable, où la plupart du temps on ne dispose que d’un emplacement de disque, toutes les données vont être stockées sur le SSD : on ne peut pas imaginer mettre sur un second disque les données qui sont trop souvent modifiées pour lesquelles un compromis performance/durée de vie serait à trouver. " si si suffit de remplacer le lecteur dvd pour installer un second disque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.