Il y a disque dur … et disque dur pour la sauvegarde

Vous vous souciez de la sauvegarde de photos, vous avez même investit dans un NAS ? Mais comment avez vous choisit votre disque dur ? De la même façon que vous avez vu une course aux pixels sur les appareils photos, il y a une course à la taille des disques durs. Je ne vous apprend rien, vous qui possédez peut être un reflex, les pixels ça ne fait pas tout. Troqueriez vous les 10 millions de pixels de votre reflex contre 15 millions de pixel d’un compact ou d’un smartphone ? Je m’arrête là, vous avez compris!
Je me propose dans cet article de vous donner quelques éléments de choix de disques dur, en me basant sur la gamme d’un constructeur, Seagate pour ma part. 

Tout d’abord, comme chez les autres constructeurs, il y a des “classes” de disques : Desktop (pour mettre dans une machine type bureautique) et Enterprise (pour les serveurs par exemple). Soyons fous, regardons ce que le constructeur Seagate nous propose pour une capacité de 2 To :
  • Seagate Barracuda LP, SATA II, 5900 tours, réf: ST32000542AS à 93€ chez LDLC
  • Seagate Barracuda XT, SATA III, 7200 tours, ref: ST32000641AS à 220€ chez LDLC
  • Seagate Constellation ES, SATA II, 7200 tours, ref: ST32000644NS à 250€ chez Amazon Market

On se retrouve donc avec 3 disques de même capacité. Dans la classe Desktop on trouve déjà des prix très différents (justifiés par la différence d’interface et la vitesse de rotation à première vue) et un disque en SATA II plus cher en classe entreprise que le disque SATA III en desktop. Il est temps de vous éclairer sur les différences moins visibles : la fiabilité.

Commençons déjà par la documentation constructeur :
Domaines d’application recommandés pour les disques de classe Desktop

  • Stockage personnel—USB/FireWire/eSATA
  • Appareils de stockage de données personnelles et de petites entreprises
  • Ordinateurs à faible consommation

Domaines d’application recommandés pour les disques de classe Enterprise

  • Centre de stockage des données de haute capacité
  • Matrices de stockage externe de coeur de gamme pour les entreprises : stockage
    en réseau (NAS), réseaux de stockage (SAN) et stockage à connexion directe (DAS)
  • Sauvegarde et récupération de données d’entreprise : D2D, bandes virtuelles
  • Surveillance centralisée
  • Stockage dans les nuages informatiques

Cela nous éclaire déjà un peu… pour aller plus loin, quels sont les critères principaux de fiabilité d’un disque :

  1. Le MTBF (mean time between failures) : le “temps entre deux pannes”, en heures
  2. Le AFR (Annualized Failure Rate) : le “taux de panne annualisé”, en %
  3. Le NREBR : Nonrecoverable Read Errors per Bits Read : la proportion d’erreurs de lectures non récupérables, en 1 pour xxx
  4. Le nombre de cycles d’allumage/arret qu’il est censé supporter
  5. le bonus : la garantie offerte

Pour les deux premiers, il s’agit de mesures équivalentes qui sont statistiques : ce n’est pas parce-que le MTBF est de 1 million d’heure que le disque durera 114 ans. Il en est de même pour l’AFR, qui est plus facile à lire: c’est un pourcentage. S’il est de 0.10% c’est que sur 10000 disques on en aura 10 qui tomberont en panne sur l’année. Encore faut-il pouvoir le comparer : l’AFR est mesuré dans les “conditions normales d’utilisation”. Pour une classe entreprise c’est 24h/24 7j/7 alors que pour une classe Dektop c’est 2400 heures soit 100 jours par an.Vous pouvez prendre un raccourcis en multipliant par 3.6 l’AFR d’un Desktop pour le comparer avec celui d’un Entreprise (ce n’est qu’un raccourcis, mais j’ai pas mieux)

Pour la proportion d’erreur, plus c’est petit, mieux c’est 😉 et pour le nombre d’allumage/arret … c’est l’inverse. Rien de bien méchant de ce coté là.

Enfin la garantie : c’est un élément non négligeable. Mais on ne peut le comparer qu’au sein d’une même marque. Annoncer des garanties très longue a été un des moyens des constructeurs de voitures japonais pour pénétrer le marché européen, à prendre avec des pincettes donc.

Tout cela donne:

Barracuda LP

  • MTBF : 750 000 heures
  • AFR : 0.32%
  • AFR “extrapolé à une classe enterprise” : 0.32% x 3.6 = 1.152%
  • NREBR : 1 pour 10 exposant 14
  • ON/OFF : 50 000
  • Garantie : 3 ans

Barracuda XT

  • MTBF : 750 000 heures
  • AFR : 0.32%
  • AFR “extrapolé à une classe enterprise” : 0.32% x 3.6 = 1.152%
  • NREBR : 1 pour 10 exposant 14
  • ON/OFF : 300 000
  • Garantie :différent selon les sources ! 3 ans ou 5 ans (AMHA 3 ans)

Constellation ES

  • MTBF : 1 200 000 heures
  • AFR : 0.76%
  • AFR “extrapolé à une classe enterprise” : 0.76%
  • NREBR : 1 pour 10 exposant 15
  • ON/OFF : 300 000
  • Garantie : 5 ans

Si vous comparez ces éléments, vous connaissez maintenant le modèle de disque dur que je vais mettre dans mon NAS synology qui va être utilisé pour ma sauvegarde locale de photographie (testé ici). C’est donc le Seagate Constellation ES !

Vous remarquez au passage le rendu du bol beauté Lumodi que je testerai sous peu 😉

6 réponses

  1. Anonymous dit :

    Merci pour cet article, tres utile!

  2. Très intéressant ces deux articles sur les NAS et les disques durs. Comme ont dit au Québec «je vais me coucher moins niaiseux». J'apprécie beaucoup votre Blog. Les articles tout en étant assez courts sont étoffés et diversifiés.

  3. Matoon dit :

    Merci beaucoup pour ces explications… Maintenant, ils font des classe NAS ça vaut quoi?

  4. D4rklunar dit :

    Même avec 7 mois de décalage..; Les classes NAS ou Serveur, selon fabricants, sont optimisés, prévus pour tourner 24/24 ((MTBF > 1 000 000 H en général) faible consommation électrique et bruit (donc faible vitesse de rotation donc perf dégradée mais pour du stockage pas besoin). Les plateaux sont optimisés pour ne pas souffrir de la chaleur (rotation permanente). choix plus subtil que de prendre un DD performant et bruyant. Ils sont aussi optimisés pour la récupération d’erreurs car dans un NAS on utilise un système RAID (ou alors on achète un simple DD USB 😉 ) et reconstituer une grappe RAID ça prend du temps très longtemps pour des disques de 2 TO et plus plein à craquer 🙂 Ensuite selon les séries ou fabricant il y a des optimisations streaming multimédia (argument plus marketing que réel à mon avis), l’OS et le CPU et la RAM ont de réels conséquences eux.

  5. D4rklunar dit :

    Oups une dernière chose quand on possède un NAS il faut choisir le bon système RAID. Et sinon le site HFR publie régulièrement le taux de retour SAV des disques durs, ça donne un bon élément pour faire un choix (souvent un série foireuse dans un très bonne gamme) il n’y a pas de meilleur fabricant les pannes et perf changent au fil des modèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.